Etudes de médecine par A. M. le 11-01-20172 réaction(s)

Le numerus clausus augmenté de 448 places: le détail fac par fac sur notre carte

INFOGRAPHIE – L'arrêté fixant le nombre d'étudiants pouvait être admis en deuxième année de médecine à la rentrée 2017-2018 est paru ce mercredi 11 janvier au Journal officiel. Au total, 8124 places seront ouvertes, soit 448 de plus qu'à la rentrée 2016-2017. Découvrez la carte de ces évolutions.

 

La ministre avait promis d'augmenter fortement le numerus clausus. C'est désormais officiel: à la rentrée 2017-2018, 8124 places seront proposées en 2e année de médecine. Initialement, en décembre 2015, 7633 places avaient été ouvertes mais ce nombre avait été corrigé depuis pour les facultés de Limoges et Angers, pour finalement s'établir à 7676 en septembre 2016. Avec l'arrêté paru aujourd'hui au Journal officiel, le ministère accorde donc 448 places supplémentaires à la rentrée prochaine.

 

"La politique pragmatique et incitative"

 

"Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la politique pragmatique et incitative menée par le Gouvernement pour que les jeunes médecins choisissent de s’installer dans des territoires en tension", indiquent les ministères de la Santé et de l'Enseignement supérieur dans un communiqué. Pour rappel, en 2015, 131 places supplémentaires avaient déjà été accordées à 10 territoires en tension.  

Pour la rentrée 2017-2018, c'est la faculté de médecine de l'université Lyon I qui décroche le gros lot, avec 116 places supplémentaires, soit un total de 527.

Les facultés parisiennes compteront 1634 places en deuxième année, soit 105 de plus qu'à la rentrée 2016-2017 : 323 pour Paris VI (+10), 337 pour Paris VII (+10), 150 pour Paris XI (+20), 175 pour Paris XII (+20), 153 pour Paris XIII (+15) et 145 (+30) pour Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Seule Paris V maintient le statu quo, avec 351 places.

Du côté de Lille, l'Institut catholique gagne 26 places, tandis que l'université Lille II reste à 458.

 

"+27 % au total entre 2015 et 2017"

 

"Les Antilles et la Guyane, zones à la démographie médicale particulièrement faible, verront ainsi leur nombre de places progresser de 27 % au total entre 2015 et 2017", souligne le ministère de la Santé dans un communiqué. "Aujourd’hui, avec la régionalisation du numerus clausus, nous renforçons l’adéquation de l’offre de formation des futurs médecins avec les besoins tels qu’évalués par les acteurs de chaque territoire", a déclaré Marisol Touraine.

Quatorze facultés seulement n'ont pas obtenu de places supplémentaires par rapport à 2016-2017. Un choix assumé pour certaines, dont les capacités de formation sont déjà au maximum. C'est le cas notamment de la faculté de Brest.

Infographie réalisée par Cécile Formel

 

[Avec Legifrance.gouv.fr]



Les meilleurs commentaires

Par eucla, le 11 janvier, 2017 - 15:35.

il y a une faculté de médecine en Corse ????

Par 29, le 11 janvier, 2017 - 14:42.

du petit village gaulois qui resiste toujours à l'envahissuer.

En cliquant sur le lien « Signaler un contenu abusif », vous pouvez transmettre à notre Rédaction des contenus abusifs ou jugés illicites.

NE PAS MANQUER

15,00€

Comment reconnaître les patients en danger ?