Présidentielle 2017 par Egora le 06-01-20173 réaction(s)

LIVE - Emmanuel Macron : "On ne répond pas aux défis en déremboursant"

Candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron dévoilera ce soir ces mesures concernant la santé. 

 

21h13 : La Marseillaise rententit pour ponctuer la fin du discours d'Emmanuel Macron. Il quitte la scène sous les applaudissements et les "bravo".

 

21h12 : "Nous allons réveiller la flamme française, cette énergie qui veut regarder les défis qui sont les nôtres de manière adulte et responsable. Nous réconcilierons la liberté et la justice en étant dans le siècle qui advient non pas en galvaudant des mots, non pas en promettant du sang, des larmes, mais en regardant en face nos défis et en les relevant ensemble. Les vraies réformes, nous ne les ferons pas contre les Français, en réduisant leurs droits, mais en donnant une place à leur énergie, en la faisant réussir sur nos territoires."

21h10 : "Je veux que nous soyons fiers de notre santé, de ce qu'elle doit être au 21ème siècle."

 

21h07 : Le dernier chantier est une "politique industrielle et d'innovation"

"La santé est un fleuron de l'industrie et de l'économie française. Nous sommes parmi les premiers producteurs du monde en biotechnologies. Il faut continuer à valoriser le générique et continuer à faire des investissements pour avoir une grande industrie pharmaceutique, c'est indispensable.

En médicament, on va faire de vraies économies. Je m'engage à la généralisation de la vente à l'unité du médicament. Quand le médecin vous prescrit un médicament, on vous vendra ce qui correspond à ce dont vous avez besoin.

L'innovation dans le numérique, pour plus d'objets connectés passera par une simplification règlementaire de nos AMM. Je veux que nous soyons une grande nation en matière de santé et donc en matière d'industrie de santé aussi."

 

20h57 : "L'hôpital aujourd'hui, est en crise des 35h qui l'ont désorganisé. On ne parvient pas à y faire rentrer le numérique. On laisse l'hôpital face à lui-même et régule toute la crise de santé. Quand il y a de l'angoisse et de la misère sociale, on va à l'hôpital.

C'est tout le système de soins qu'il faut réorganiser autour de l'hôpital. Il faut transformer l'hôpital avec le reste du système. Il faut déconcentrer le pouvoir au niveau des ARS et des élus pour que les acteurs puissent innover, adapter l'offre. Il faut décloisonner entre le public et le privé.

La réforme passera par la capacité de l'hôpital à s'ouvrir à des acteurs privés, qui font de la médecine de ville pour mieux assurer la continuité des soins, pour une meilleure organisation. Il faut accélérer la dynamique des GHT. Il faut regrouper les structures, mais pour développer les synergies. Il faut faciliter le travail libéral des hospitaliers."

 

20h51: Doubler le nombre de maisons de santé oui, mais...

@Egorafr @EmmanuelMacron Sans médecins ? Vu qu il y en a tant qui sont vide car trop coûteux et contraignant.

— DocStep (@Stephan_Meller) 6 janvier 2017

.@Egorafr @EmmanuelMacron les jeunes veulent travailler à plusieurs ce qui ne veut pas dire MSP subventionnées et sous la coupe des ARS

— DrMartyUFML (@Drmartyufml) 6 janvier 2017

 

20h50 : Troisième chantier : la transformation de l'hôpital.

"C'est le pilier de notre système de santé, c'est notre fierté. J'ai vu un enthousiasme, une volonté de faire. Ce sont aussi eux qui se sont mobilisés lors des attentats. C'est le cœur vibrant de ce qui tient ce pays, l'engagement qui nous tient ensemble. L'hôpital mérite d'être réformé. "

 

20h47 : "La bataille contre les déserts médicaux est aussi une bataille de l'information. Je mettrai en place sur internet un Doctissimo public, pour connaître la réalité des soins. Ce portail permettra de connaître les services publics à proximité, les modalités de prise de rendez-vous et les délais."

 

20h44 : "Il faut accélérer l'ouverture des MSP. Chaque fois qu'on ouvre une MSP on comble un désert médical. Je veux doubler leur nombre d'ici 2022. Cela permet au territoire de retrouver de l'attractivité médicale.

Le jeune médecin ne veut plus de la vie du médecin de campagne, il veut pouvoir avoir des gardes partagées, de plus travailler jusqu'à 22 h, être dans un cadre qui permet de vivre avec sa génération.

Il faut développer la télémédecine. On réduit les distances et on recrée du confort en diminuant les coûts. "

 

20h42 : "Depuis 30 ans, nous avons géré le problème du coût de la santé en réduisant l'offre. Funeste idée.  Il faut rouvrir le numerus clausus, c'est indispensable mais pas suffisant"

 

20h40 : "Le tiers payant généralisé va dans le bon sens il évite que le montant à mettre sur la table nous fasse renoncer aux soins. Mais en même temps, on a alourdi la tache de professionnels de santé, certains médecins vont devoir attendre d'être remboursés par la mutuelle et certains ne vont pas l'être. Je ne veux pas être dogmatique. Je ne ferai ni plaisir aux patients qui voudraient sanctuariser le tiers payant, ni aux médecins qui veulent revenir sur la mesure. Je demanderai une évaluation du tiers payant, pour en connaître les coûts induits pour les professionnels de santé qui doivent alors être compensés, nous évaluerons, nous regarderons et nous déciderons. Il faut davantage de médecins. "

 

20h37: Les médecins twittos réagissent au service sanitaire de 3 mois, axé prévention, pour les étudiants en santé:

@Egorafr Oui et pourquoi pas une classe verte en Syrie? En partenariat avec @MSF_france par sécurité non mais franchement.

— HdeZO (@lavoix29) 6 janvier 2017

.@Egorafr Allez après 8 à 14 ans de plus d'études , tu feras 3 mois de plus mon fils ....service sanitaire #macron

— DrMartyUFML (@Drmartyufml) 6 janvier 2017

 

20h35 : " Je veux de la justice dans l'accès aux soins. Je veux aller au-delà sur un point spécifique: je souhaite que l'Assurance maladie prenne en charge à 100% certains patients qui ont été laissés pour compte.

En 2011, l'hypertension artérielle a été sortie des ALD. Nous n'allons pas mettre tous les hypertendus à 100%. Par contre, il y a 1 million d'hypertendus sévères et c'est une bêtise de ne pas bien les couvrir.

Ils ont des pathologies, des lésions beaucoup plus graves qui vont coûter beaucoup plus cher dans 6 mois ou dans un an. Cela coûte une 10aine de millions d'euros par an. Ce n'est pas beaucoup par rapport au défi qui est le nôtre."

 

20h29 : Deuxième chantier "l'accès de tous à des soins de qualité. Il y a aujourd'hui des inégalités sociales et territoriales.

Je suis défavorable au déremboursement du petit soin : c'est un projet injuste et inefficace. Le projet que je porte permet et encourage l'accès de tous aux soins. Je m'engage à ce qu'il n'y ait aucun déremboursement de soins utiles durant mon quinquennat. "

 

20h25 : Remboursement des lunettes et prothèses dentaires à 100% : Emmanuel Macron s'engage à "faire baisser les coûts" des lunettes, prothèses dentaires et auditives pour offrir un remboursement "à 100% d'ici 2022".

"La Sécurité sociale rembourse très mal ces soins aujourd'hui. Ce sont les mutuelles, quand on put se les payer, qui rembourse. Je veux que la sécu travaille avec les mutuelles pour permettre une couverture à 100%, mais en faisant baisser les prix. Une prothèse est aujourd'hui 3 fois plus chère en Allemagne qu'en France, parce que nous avons laissé trop peu de concurrence s'installer.

 

Le mec est à 2 doigts de réinventer la ROSP cette fois. https://t.co/A6JvI9iIvL

— BigPharma (@JeSuisBigPharma) 6 janvier 2017

20h22 : "Il faut rémunérer la profession à sa juste valeur. Il faut changer le mécanisme. Je veux de la considération et de la revalorisation de leur rémunération. Pas seulement par une meilleure cotation des actes, je veux qu'ils soient mieux payés mais pour cela je veux qu'une partie de leur rémunération prenne en compte des objectifs de santé publique. Je veux qu'ils soient mieux payés pas parce qu'ils font plus d'actes, mais parce qu'ils font plus de prévention. "

 

"Il faut faire confiance aux professionnels. La révolution de la prévention se construira avec les professionnels de santé, selon leurs initiatives multiples. "

 

20h18 : "La génération française qui naît aujourd'hui sera la première génération sans tabac. C'est un objectif que nous sommes capables de relever. "

 

20h17 : "Je veux créer un service sanitaire de trois mois pour les étudiants en santé. Tous les étudiants en médecine, en pharmacie, en dentaire, infirmiers… Ils auront au moins trois mois d'action de prévention. Ils iront dans les écoles, sensibiliser sur le tabac, dans des Ehpad, dans des quartiers défavorisés. Il pourra concerner plus de 40 000 étudiants chaque année, et cela ne coûte pas un euro de plus. Ils seront ainsi responsabilisés."

 

20h14 : Emmanuel Macron s'engage sur 4 chantiers sur la santé. 

"Le chantier de la prévention. Passer d'un bon système de soins à un bon système de santé. Inciter les Français à vivre plus sainement.

Faire de la prévention, c'est le meilleur moyen de faire des économies. Concrètement, il faut que les Français soient en contact régulier avec des professionnels. Pas ponctuellement quand ils sont malades, mais le plus souvent possible."

 

20h13 : "La réponse ne peut pas être on va dérembourser, on va couper des têtes, supprimer des fonctionnaires. Ce sont des mauvaises réponses. La réponse exigeant, c'est de continuer à faire des économies indispensables. Il faut conduire une vraie révolution culturelle dans la santé. Nous nous appuierons davantage sur les personnels de santé et les patients plutôt que sur les établissements. Il faut favoriser les initiatives de terrains plutôt sur les décisions uniformes venant d'en faut, pour avancer en donnant du sens, des mesures de long terme."

 

20h11 : "On dit que dans un tiers des départements français, on ne trouve plus de médecin après 20 heures. C'est vrai. Ces chiffres finissent par ne plus choquer personne. Les inégalités en matière de santé sont un défi que nous devons relever."

 

20h09 : "La France est un pays formidable lorsqu'on est malade. On est mieux couvert et ca continuera à être le cas. Nous nous battrons pour cela.

Mais nous prévenons mal les pathologies. On prévient moins bien les maladies du tabac, de l'alcool, des accidents de la route. On se suicide plus que dans d'autres pays. La pollution tue plus. Notre système de prévention est moins bon."

 

20h07 : "On ne peut pas avoir des dépenses de santé qui augmentent trois fois plus vite que la création de richesses dans notre pays. Il faut s'organiser différemment, les soins, notre système collectif de manière plus adaptée."

 

20h05 : "Notre système est un modèle dans le monde. Nous sommes un pays de premières mondiales qui ne cesse de se perpétuer. Nous sommes parvenus à construire l

Nous avons construit l'hôpital, partout envié, c'est l'excellence de la formation du soin de la clinique et de la recherche

C'est aussi l'histoire intime des Français. Qui est le témoin de vos angoisses ? Qui vous suit ? Le médecin de famille, qui a jalonné nos campagnes et qui se fait de plus en plus rare.

Lorsqu'on parle de santé, on parle d'abord d'humanité. On  ne parle pas de chiffres. Lorsqu'on la réduit à un coût on se trompe. "

 

20h01 : "Je veux vous parler de santé car ce sujet nous concerne tous." "Les Français craignent pour leurs soins, leur prise en charge. Ils craignent de voir notre système solidaire s'étioler. Ils ont un attachement à notre système de santé."

 

Remboursement des lunettes et prothèses dentaires à 100% : Emmanuel Macron s'engage à "faire baisser les coûts" des lunettes, prothèses dentaires et auditives pour offrir un remboursement "à 100% d'ici 2022".

 

Concernant la désertification médicale, Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé sur le territoire.   S'affirmant en défenseur de l'hôpital public, il a aussi défendu sa réorganisation grâce aux maisons de santé "en amont", au développement de l'hospitalisation à domicile "en aval", mais aussi avec un "décloisonnement" entre le public et le privé. 

 

Macron défend un projet de santé  "ambitieux", "exigeant" mais "qui implique aussi de faire des efforts, de réorganiser les choses mais avec les professionnels de terrain, pas contre eux, pas d'en haut, pas avec des mesures qui ont parfois 20 ou 30 ans d'âge".

 

Emmanuel Macron entend axer son programme santé sur la prévention : "Nous avons un bon système de soins mais un mauvais système de santé en France : on soigne bien les pathologies quand elles sont là mais on les prévient mal", a expliqué l'ancien ministre après avoir visité l'hôpital Bérégovoy de Nevers.

 

19h48. Après une longue et lyrique introduction, Emmanuel Macron rappelle qu'il veut être le candidat du travail.

"Le travail, c'est le cœur de notre économie. C'est ce qui permet à chacun de trouver sa place dans la vie, de trouver un rôle, de construire son destin. Je veux être le candidat du travail. C'est par et pour le travail que nous redresserons le pays."

 

19h37 : Emmanuel Macron fait enfin son arrivée sur l'estrade sous les applaudissements nourris et les "On va gagner !" 

 

Entrée d'Emmanuel #Macron : standing-ovation, applaudissements et musique rythmée #MacronNeverspic.twitter.com/vxkNPZ2XeE

— Lison Lagroy (@lisonlagroy) 6 janvier 2017

19h24 : Macron n'est pas ponctuel. Ou sait se faire désirer... Mais sa prise de parole de devrait plus tarder.

Sa femme, #Brigitte #Macron, vient d'entrer dans la salle et s'installe dans le public. Applaudissements timides

— Lison Lagroy (@lisonlagroy) 6 janvier 2017

 

19h09 : Dans quelques minutes, Emmanuel Macron prendra la parole à la Maison de la Culture de Nevers. La salle peut accueillir près de 1 000 personnes. Elle est déjà presque pleine.

 

18h57 : Emmanuel Macron a déjà annoncé qu'il maintiendrait le tiers payant, considérant qu'il s'agit d'un "moyen de paiement". Il estime aussi qu'il fait revenir sur le paiement à l'acte pour faire face à la surcharge de travail.

 

18h50 : En marge du meeting, une petite poignée de manifestants sont venus dire leur désaccord avec les idées de Macron.

Mini-manif (7 personnes) anti-Macron à Nevers pic.twitter.com/nENhnSEDhB

— Aurélie Herbemont (@aurelherbemont) 6 janvier 2017

 

 

18h42 : La salle de la Maison de la culture de Nevers se remplit déjà.

.@EmmanuelMacron à #Nevers : déjà beaucoup de monde une heure avant le début du meeting.... pic.twitter.com/INJH3brgS9

— Grégoire Poussielgue (@Poussielgue) 6 janvier 2017

 

18h40 : Plus d'une demi-heure avant le début du meeting, le public fait la queue dans le froid de Nevers. 

 

Plus de 50m de queue dehors devant la maison de la culture pour le meeting d'Emmanuel Macron pic.twitter.com/dUSZBbHwSL

— Dominique Romeyer (@DomRomeyer) 6 janvier 2017

 

18h34 : Ce vendredi, un sondage donne pour la première fois Emmanuel Macron au second tour. Le sondage Elabe pour Les Echos donne le candidat d'En Marche qualifié, à quelques conditions : qu'Arnaud Montebourg remporte la primaire de la gauche et que François Bayrou ne se présente pas.

 

18h25 : Emmanuel Macron à la rencontre des soignants de l'hôpital Beregovoy de Nevers

#Macron fait le tour des services de l'hôpital Pierre-Beregovoy à #Nevers aux côtés du maire et de l'ancien élu François Patriat. pic.twitter.com/7WqQTHAs71

— Emilie Petit (@Em_Petit) 6 janvier 2017

 

18h20 : A (re)lire : Macron : le déremboursement des soins préconisé par Fillon "injuste et inefficace"

 

18h05 : Emmanuel Macron a adressé un premier tâcle à son rival, François Fillon. Au lendemain de l'annonce du candidat de droite de désétatiser la Sécurité sociale, Emmanuel Macron avait qualifié la mesure d'"injuste et inefficace", ajoutant qu'elle serait pénalisante pour les classes moyennes.

En matière de santé, "on ne répond pas aux défis en deremboursant ou en en prétendant couper des têtes", tacle Macron #CoucouFillon pic.twitter.com/1WiPTRj71K

— Arthur Berdah (@arthurberdah) 6 janvier 2017

 

18h02 : Après avoir visité l'hôpital, Emmanuel Macron a répondu à quelques questions.

La visite de #Macron à l'hôpital #Nevers se termine par une conférence de presse. L'occasion de faire le point sur sa réforme de l'hôpital. pic.twitter.com/n2SibaZAfl

— Emilie Petit (@Em_Petit) 6 janvier 2017

 

17h50 : Ce vendredi Emmanuel Macron était en déplacement dans la Nièvre sur le thème de la santé. Il a notamment visité l'hôpital Pierre Beregovoy de Nevers.

 

Avec les acteurs du service de médecine nucléaire de l’hôpital P. Beregovoy qui accompagnent les patients de la Nièvre atteints de cancer. pic.twitter.com/6a4hqmBgJw

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) 6 janvier 2017



Les meilleurs commentaires

Par squina, le 6 janvier, 2017 - 16:07.

micro programme m.macron

Par black sheep, le 7 janvier, 2017 - 00:50.

NIHILO NIHIL !

Par MT1971, le 6 janvier, 2017 - 15:31.

EMMANUEL MACRON l homme stylé , meme mal rasé !!!!! hin hin hin hahahahaha

 " il dévoilera ce soir....." s'il dévoile son CUL je viendrais applaudir......EM est une " créature du système-

mediatico-politique actuel ; il veut  juste FAIRE UN TOUR DE PISTE ET DISPARAITRE ......mais

pourquoi pas , si à gauche meme un VEAU peut se présenter.....

En cliquant sur le lien « Signaler un contenu abusif », vous pouvez transmettre à notre Rédaction des contenus abusifs ou jugés illicites.

NE PAS MANQUER

15,00€

Comment reconnaître les patients en danger ?